vendredi 17 mai 2013

Premières condamnations pour les casseurs du PSG


Une partie des douze personnes interpellées a été jugée mercredi. Les prévenus ont écopé principalement de sursis. Les autres comparaîtront de nouveau le 17 juillet.

Douze prévenus pour quatre condamnations, quatre relaxes, et quatre mises sous contrôle judiciaire dans l'attente d'une audience le 17 juillet prochain. Mercredi s'est tenue la première journée d'audience des personnes interpellées lundi lors des incidents liés aux festivités pour le PSG.

Appelés en comparution immédiate, les prévenus, âgés de 18 à 36 ans, étaient jugés pour violences sur policiers -notamment des jets de bouteille et des coups de pied-, ainsi que pour le vol de marchandises devant la boutique Abercrombie&Fitch, lors d'une livraison.

Libres sous contrôle judiciaire

L'après-midi n'aura pas suffi à traiter l'ensemble des procédures, noyées parmi de nombreuses autres comparutions immédiates. Au total, seules huit décisions sur douzeont été rendues. Les quatre autres dossiers ont été renvoyés au 17 juillet prochain. Ces prévenus ont été laissés libres sous contrôle judiciaire. Ils sont poursuivis pour avoir volé des vêtements dans des cartons livrés devant le magasin Abercrombie&Fitch sur les Champs-Elysées, lundi soir.

Trois autres prévenus, poursuivis pour des jets de canettes et de bouteilles, ont obtenu des peines de sursis: trois mois pour les deux premiers, et un mois pour l'autre. Un quatrième a été relaxé au bénéfice du doute, mais a tout de même écopé de deux mois ferme pour rébellion lors de son interpellation. 

Trois relaxes au bénéfice du doute

Un cinquième dossier a été jugé avec moins d'indulgence de la part du tribunal, qui a suivi les réquisitions du procureur: quatre mois de prison dont deux ferme, ainsi que l'interdiction de se rendre dans le 16ème arrondissement, où se trouve le Parc des Princes.

Enfin, trois prévenus brésiliens, membres d'une même famille, poursuivis pour des coups de pied envers un policier, ont été relaxés au bénéfice du doute.

Aucun commentaire: