vendredi 17 mai 2013

Polynésie française: Edouard Fritch élu président de l'Assemblée


Ce proche de Gaston Flosse a été élu président de l'Assemblée de la Polynésie française, une dizaine de jours après la vicGaston Flosse et Edouard Fritch, le 5 mai 2013 à Papeete. (Grégory Boissy - AFP)

toire du parti de Gaston Flosse aux élections territoriales.

Le député (UDI) Edouard Fritch, proche de Gaston Flosse, a été élu ce jeudi à Papeete président de l'Assemblée de la Polynésie française, par 38 voix sur 57 représentants. Son adversaire indépendantiste Chantal Galenon a obtenu 10 voix.
  
Cette élection ne constitue pas une surprise puisque le Tahoeraa Huiraatira de Gaston Flosse avait largement remporté les élections territoriales du 5 mai, dans une triangulaire où il avait obtenu 45,1% des voix.

Gaston Flosse élu président vendredi

La prime majoritaire accordée au vainqueur lui avait permis d'obtenir 38 sièges à l'Assemblée, contre 11 à l'UPLD de l'indépendantiste Oscar Temaru, et 8 à A Ti'a Porinetia de l'autonomiste Teva Rohfritsch.
  
Sauf énorme surprise, Gaston Flosse sera lui-même élu Président de la Polynésie française par la même assemblée, vendredi à Papeete.
  
Son principal adversaire, le président indépendantiste sortant Oscar Temaru, est à New York. Quelques heures avant l'élection de Gaston Flosse, il espère faire adopter aux Nations-Unies une résolution qui permettrait de réinscrire la Polynésie sur la liste de l'ONU des Territoires non-autonomes à décoloniser. Gaston Flosse, autonomiste, y est opposé.

Successeur de Flosse

Edouard Fritch, 61 ans, a construit toute sa carrière politique aux côtés de Gaston Flosse, dont il a été le gendre, et le vice-président du gouvernement à plusieurs reprises.

Gaston Flosse l'a désigné comme son successeur à la tête de la collectivité, au cas où lui-même serait rendu inéligible par un arrêt de la Cour de Cassation, attendu dans quelques mois.
Cette succession est d'autant plus légitime que parmi les proches de Gaston Flosse depuis la première heure, il est l'un des rares à ne pas l'avoir quitté pour monter son propre parti.

Aucun commentaire: