vendredi 17 mai 2013

Mélenchon sur l'amnistie sociale: "Nous venons de vivre une trahison


Une fois n'est pas coutume, Jean-Luc Mélenchon a tiré à boulets rouges sur le chef de l'Etat jeudi, après le rejet en commission de la proposition de loi d'amnistie sociale portée par le Front de gauche.

Après le renvoi en commission jeudi de la proposition de loi du Front de gaucheconcernant l'amnistie sociale, Jean-Luc Mélenchon a qualifié lors d'un rassemblement devant l'Assemblée nationale "d'acte invraisemblable" et de "trahison" l'attitude du chef de l'Etat

Le renvoi en commission, "procédé d'une hypocrisie incroyable"

Il s'étonne "de la part d'un gouvernement de gauche" que la tradition d'amnistie sociale" ne soit pas respectée. "Il n'y a pas de terroriste ici, il n'y a pas de fraudeurs du fisc, il n'y a pas de gens qui ont des comptes en Suisse", a-t-il martelé faisant référence à l'affaire Jérôme Cahuzac. "Ce sont des gens ordinaires qui ont défendu bec et ongle leur emploi et qui sont condamnés, donc la tradition voudrait qu'on aille à leur rescousse", déplore-t-il encore, qualifiant le renvoi du texte en commission de "procédé d'une hypocrisie incroyable".

Hollande rendu responsable de la division de la gauche

Le patron du Front de gauche accuse aussi le chef de l'Etat d'avoir "réussi en un an à diviser tout le monde", autrement dit  la gauche et les syndicats "contraints de participer à une discussion qui n'a aucun sens" - l'accord pour la sécurisation de l'emploi vivement critiqué par le Front de gauche.  Jean-Luc Mélenchon a aussi jugé que François Hollande avait "martyrisé les Ecologistes".
La proposition de loi du Front de gauche sur l'amnistie sociale, qui divise la gauche, a été renvoyée jeudi en commission à l'Assemblée nationale, où la motion de renvoi du groupe PS a été adoptée.
La motion de renvoi déposée par Bruno Le Roux (PS) a recueilli 95 voix pour contre 17, sachant que les députés de l'UMP avaient annoncé qu'ils ne participeraient pas au scrutin en signe de désaccord. Les élus du Front de gauche et les écologistes, inquiets d'"un enterrement" du texte, se sont opposés au renvoi en commission.

Aucun commentaire: