lundi 13 mai 2013

Loi d'amnistie sociale : Bartolone est "très embêté"

"Il y a des choses qui ne peuvent pas être acceptées", a expliqué Claude Bartolone à l'issue de cette nuit surréaliste.Le président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a fait part dimanche de son embarras profond vis-à-vis de la proposition de loi sur l'amnistie sociale, qui doit revenir prochainement devant les députés.
Le président PS de l'Assemblée nationale n'y va pas par quatre chemin. La loi d'amnistie sociale qui doit revenir bientôt devant les députés le dérange. "Je suis très embêté. Pourquoi? Je vois bien que mes amis du Parti Communiste français et du Front de gauche en ont fait un élément symbolique (...) Et en même temps, en regardant ce qu'a pu être le comportement enregistré avec toutes les loisd'amnistie qui ont pu exister, je me méfie", a-t-il dit lors de l'émission "Tous politiques" (France Inter/AFP/Le Monde).
Claude Bartolone a pris pour exemple les PV qui étaient supprimés par le président de la République en début de mandat. Et "généralement, six mois avant une élection présidentielle, il y avait une envolée" des mauvaises pratiques sur la route. "Je suis très attentif à ne pas, avec une loi d'amnistie, donner de mauvais  signaux à la société", a-t-il ajouté, précisant que s'il avait été député, il n'aurait pas voté cette proposition de loi. "J'aurais voté contre", a-t-il insisté.
Bartolone redoute "l'effet pervers" des amnisties
"Je suis dans une situation sur ce sujet totalement schizophrénique. A la fois, je suis attentif à ces textes qui peuvent permettre à la gauche de se rassembler. Mais dans le même temps, je vois ce qu'a pu être l'effet pervers des lois d'amnistie dans le passé", a conclu Claude Bartolone.
Une proposition de loi communiste votée par le Sénat le 27 février prévoyait d'amnistier les délits commis lors de manifestations syndicales lors du précédent quinquennat. Le gouvernement s'y est opposé. Le texte a été rejeté fin avril en commission des Lois de l'Assemblée nationale. Il doit revenir cependant dans les prochains jours à l'attention des députés.

Aucun commentaire: