mardi 7 mai 2013

Le fisc adresse une lettre au cimetière


Une personne décédée a été destinataire d'un courrier du Trésor public. Si ce n'est pas la première fois que le fisc écrit à un défunt, il est en revanche plus atypique qu'il envoie son courrier au cimetière avec le numéro de la tombe.

Une chose est sûre, le fisc était bien décidé à ce que cette personne paie ce qu'elle doit... Ou plutôt ce qu'elle devait. Car ce contribuable, à qui un courrier du Trésor public a été adressé à Autheuil, dans l'Orne, est décédé depuis quelques mois, comme l'a révélé Ouest France .
À première vue, rien de bien original. Il est déjà arrivé que l'administration écrive à des citoyens décédés, chez eux. Sauf que ce citoyen-ci a eu l'honneur de recevoir sa missive directement au cimetière. En effet, sous une première adresse barrée, figurait «Cimetière d'Autheuil - Tombe 19 - 61190 Autheuil».
Un peu désemparé par cette adresse franchement pas banale, le facteur a pris la décision de la déposer dans la boîte aux lettres communale. Et c'est la maire d'Autheuil, Béatrice Devedjian, qui a finalement récupéré l'enveloppe. «Ça m'a quand même un peu choquée», a-t-elle avoué à RTL. «Ce n'est pas possible que l'on arrive à harceler une personne jusqu'à sa dernière demeure.»

«Une blague de potache»

Selon l'enveloppe, ce courrier proviendrait du Centre des finances publiques de Vincennes, car cette personne vivait en Ile-de-France. Pour le Centre des finances publiques de Saint-Langis-lès-Mortagne, qui s'occupe de la commune d'Autheuil, c'est «plus une blague de potache», dans laquelle il n'a rien à voir: «Cette déclaration ne semble pas venir de chez nous puisque cette personne ne vivait pas à Autheuil. On tombe des nues.»D'abord adressée au domicile du destinataire, l'enveloppe a finalement été redirigée vers le cimetière où il a été enterré (Crédits: Ouest France)
Finalement, l'élue a pris la décision de remettre la fameuse lettre aux descendants ou à la famille de ce mystérieux contribuable, qu'elle a déjà entrepris de chercher dans les registres communaux.

Aucun commentaire: