vendredi 17 mai 2013

"François Hollande? Ici sa cote de popularité est à 100%"


Unanimité à la Maison de l’Amérique Latine où les parlementaires socialistes qui avaient fait connaître leur grogne ont affiché un large sourire après la conférence de presse présidentielle. Mieux, le chef de l’Etat les a gratifiés de sa présence.

François Hollande face aux parlementaires, à la maison de l’Amérique Latine, à Paris (photo @mauricevincent_)Pour la deuxième grande conférence de presse de son quinquennat, le président de la République François Hollande a parlé 42 minutes avant de répondre aux questions des journalistes présents au palais de l’Elysée. Il est 16h50 et à quelques centaines de mètres à vol d’oiseau de la rue Saint-Honoré, les parlementaires socialistes réunis à la maison de l’Amérique Latine, boulevard Saint-Germain, ont applaudi un discours "efficace", "rassurant" et "sincère", confient pêle-mêle plusieurs participants. 

"L'ambiance est excellente" dit à BFMTV.com un fidèle du chef de l'Etat. La décision de soumettre au Parlement la question du droit de vote des étrangers aux élections locales après l’échéance municipale de 2014 a comblé l'assistance comme les propos rassurants sur une "non-ouverture" du gouvernement en cas de remaniement.  
Là où François Hollande avait célébré son investiture en 2011, "la majorité solide" vantée par le chef de l’Etat, affiche, plutôt par texto, son unité. Sauf que les parlementaires étaient séparés dans plusieurs salles et que les retours sont donc parcellaires. Un proche précise qu’il se "trouvait dans la salle des gens importants" mais ajoute que, "c’est un hasard" puisque "chacun s’est installé là où il a trouvé de la place". "Vous savez le jeudi n’est pas la journée où les parlementaires sont les plus présents dans la capitale", désamorce un député conquis par l’intervention du chef de l’Etat. Combien donc? Un présent affirme qu’ils étaient une centaine dans "sa" salle, un autre table sur "70" pour la sienne. On ne saura pas s’ils partageaient la même mais près de deux cents ont répondu à l’invitation soit un peu plus de la moitié.

"Tout va très bien"

Une chose semble certaine pourtant, l’assistance a voulu passer le message que "tout va très bien". Après les applaudissements nourris, "des rires et même des sourires" ont fusé, tient à raconter un député expérimenté. Et ce n’était pas parce qu’une nouvelle fois la cravate de François Hollande était de travers.
"Il a été bon, très bon", commente un néophyte du palais Bourbon. "Ici sa cote de popularité est à 100%", défend-t-il en réponse à l’impopularité (21% de satisfaits) du président de la République.
Effacée, donc, la grogne des parlementaires qui reprochaient à François Hollande de les délaisser? "Comprenez bien, c’est un homme qui a toujours su être très proche de nous [les parlementaires, NDLR], si certains ont pu se sentir délaissés depuis sa prise de fonction, il fallait prendre conscience de son changement de statut. Sa visite ce soir est appréciée, surtout qu’il va nous glisser certainement de petits mots sympas".

"Hollande a le soutien de tous"

La subtilité réside dans le "certains" puisque tous aiment à raconter qu’ils ont fait parti des heureux élus invités aux rencontres informelles organisées ces dernières semaines. "Tout le monde est content, François Hollande a le soutien de tous", est lui venu prêcher le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux dès la fin de l’intervention présidentielle.
Dans les rues alentours, la présence des forces de police et des CRS est de moins en moins discrète. Le passage à proximité de la Maison de l’Amérique Latine est de plus en plus contrôlé. François Hollande est annoncé sous peu. Il arrivera quelques minutes plus tard par une porte dérobée en compagnie de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Mais déjà un député avait préféré s’éclipser poliment: "Je ne voudrais surtout pas le rater!"

Aucun commentaire: