mercredi 15 mai 2013

Copé et Fillon annoncent un accord sur de nouveaux statuts pour l'UMP

Le président de l'UMP, Jean-François Copé (à g.), et l'ancien Premier ministre, François Fillon.
Est-ce la fin de la guerre à l'UMP ? Cinq mois après la grave crise qui a secoué le parti, le président de l'UMP, Jean-François Copé, et l'ancien Premier ministre François Fillon ont annoncé, mardi 14 mai, être parvenus à un accord sur de nouveaux statuts pour l'UMP. Toutefois, ces nouveaux statuts seront "soumis à l'approbation des militants" de leur parti.
Les deux hommes se sont exprimés au siège de leur parti à Paris à l'issue d'une réunion de la commission des statuts de l'UMP. "Notre groupe de travail a fini ses travaux. Nous nous sommes mis d'accord sur de nouveaux statuts, nous allons naturellement les soumettre au vote des militants", a affirmé Jean-François Copé. Selon lui, "ça s'est passé dans un climat extrêmement positif et constructif ". "Je confirme ce que vient de dire Jean-François Copé", a poursuivi François Fillon, se "félicitant" que cet accord remette le parti "sur des rails démocratiques solides, dignes d'une grande formation politique moderne".

Principe de primaire et Haute Autorité de contrôle des scrutins internes

François Fillon a précisé dans un communiqué le contenu de l'accord : ce dernier institue notamment "le principe d'une primaire ouverte pour la désignation du candidat de la droite et du centre soutenu par l'UMP à l'élection présidentielle" pour laquelle l'ancien Premier ministre s'est dit "candidat quoi qu'il arrive".
Parmi les autres points de l'accord, figure "le pilotage de l'organisation et le contrôle des scrutins internes nationaux par une Haute Autorité dont la composition offrira toutes les garanties d'impartialité, un devoir de neutralité des dirigeants, cadres et salariés de l'UMP dans le cadre des processus électoraux nationaux, la démission de tout membre de l'équipe dirigeante qui déciderait de se porter candidat à la primaire afin d'assurer une stricte égalité de moyens entre les candidats".

Aucun commentaire: