mardi 14 mai 2013

Claude Guéant face à une nouvelle affaire de tableau

L'ancien ministre de l'Intérieur aurait oublié de rendre un tableau offert par le président ivoirien Alassane Ouattara en novembre 2011, comme l'oblige une circulaire de François Fillon datée de 2007.

 

Voilà un an que Claude Guéant aurait dû rendre ce tableau. L'ancien ministre de l'Intérieur est soupçonné d'avoir conservé une oeuvre du peintre ivoirien James Houra, qui lui a été offerte par Alassane Ouattaran, le président de la Côte d'Ivoire, en novembre 2011, alors qu'il était encore en fonctions, rapporte le site du Monde, ce lundi. 
Le  tableau serait aujourd'hui accroché aux murs du cabinet d'avocats de Claude Guéant.
Une circulaire de François Fillon de 2007 oblige la restitution des oeuvres reçues dans le cadre de l'exercice des fonctions gouvernementales. (Bertrand Guay - AFP)

Images à l'appui

Le journal ivoirien Le Nouveau Courrier a publié, le 10 mai dernier, une photo de Claude Guéant recevant le présent des mains d'Alassane Ouattara, fin 2011, tout en expliquant que l'ancien ministre a "privatisé" l'oeuvre après son départ de la place Beauvau. 

Et ce quelques jours après que Le Monde évoque, dans un article du 7 mai, la présence de ce tableau dans les locaux de Guéant Avocats. De plus, un reportage télévisé retrouvé par le site Arrêt sur Images montre clairement l'oeuvre, accrochée dans le cabinet.

Œuvre reçue en tant que ministre

Problème: une circulaire de François Fillon datée du 18 mai 2007 stipule que "les cadeaux offerts aux membres du gouvernement (...) dans le cadre de l'exercice des fonctions gouvernementales, notamment à l'occasion des visites effectuées à l'étranger (...) sont, pour leurs auteurs, la manifestation de la volonté d'honorer la France. C'est donc à l'Etat qu'ils s'adressent, au-delà de la personne du récipiendaire (...). Il est par conséquent normal qu'ils n'entrent pas dans le patrimoine personnel du ministre ou de sa famille".

Claude Guéant ayant reçu ce présent au cours d'une visite officielle, en tant que ministre en fonction, comme le rappelle Le Nouveau Courrier, il aurait dû le restituer au service duMobilier national à son départ du ministère. Contacté par Le Monde, le Mobilier national a indiqué n'avoir reçu aucune restitution de cette oeuvre de la part des services de la place Beauvau.

Fin avril, Claude Guéant avait été mis en cause, suite à des révélations du Canard Enchaîné, pour un versement de 500.000 euros en liquide sur son compte en banque. Versement dont il a affirmé qu'il provenait de la vente de deux tableaux du peintre néerlandais Andries van Eertvelt.

 

Aucun commentaire: