mercredi 8 mai 2013

Bob Dylan «indigne» de la Légion d'honneur

Trop contestataire pour être récompensé par la plus haute distinction de la République française? D'après LeCanard enchaîné, le grand chancelier Jean-Louis Georgelin aurait refusé la candidature de Bob Dylan au motif qu'il serait «indigne» de la Légion. Les prises de position antiestablishement de l'icône de la contestation lors de la guerre du Vietnam, ses mœurs dissolues (il a été longtemps accro à l'héroïne) ne seraient-elle pas du goût du chancelier? «Le Conseil de l'ordre ne s'est pas encore réuni pour juger de sa candidature. Rien n'est encore fait», indique la Grande Chancellerie auFigaro, sans démentir cependant les allégations du journal satirique.
Dès 1990, La France a pourtant fait Bob Dylan chevalier des Arts et Lettres par l'entremise de Jack Lang. Et on se souvient qu'en avril 2009 Nicolas Sarkozy, alors président de la République, avait tenu à rencontrer le chanteur à l'issue d'un de ses concerts parisiens. Une rencontre commentée par Dylan lui-même dans un rare entretien avec la revue américaine Rolling Stone.
Contacté par Le Figaro, le cabinet d'Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, a confirmé l'existence de ce dossier visiblement sensible puisque le responsable de la communication s'est refusé à tout commentaire.
Comme le veut le processus de désignation, la ministre de la Culture a d'abord donné le nom de Dylan au Conseil de l'ordre de la Légion d'honneur. À ses dix-sept membres, présidés par le grand chancelier, d'examiner ensuite cette proposition et de trancher. «15 % des propositions sont éliminées par le Conseil de l'ordre avant d'être soumises au président de la République», chiffre ainsi la Grande Chancellerie. Éric Charden, chanteur inoubliable de Made in Normandie a été promu avant sa mort. Plus près de nous et plus prestigieux, Paul McCartney a été le premier à être décoré en septembre dernier par François Hollande (cf. ci-dessous).
Pour ne pas être recalé, le candidat doit remplir un certain nombre de conditions: «L'individu doit défendre les valeurs de la France, servir ses intérêts ou occuper un rôle particulier entre la France et un autre pays.» Même si Bob Dylan n'a jamais milité pour l'identité française dans sa carrière, son mémoire de proposition (terme technique d'une candidature) s'inscrirait dans ce dernier cas de figure.Bob Dylan, aux Vieilles Charrues l'année dernière.
La Grande Chancellerie insiste aussi sur le fait que les nominations de personnalités étrangères demeurent symboliques: «Jusqu'en 1870, un décret obligeait à prêter serment à la défense de l'État. Il a été abrogé, mais il est toujours impossible pour les étrangers d'être membres, dans la pleine acceptation du terme, de l'ordre de la Légion.»

Aucun commentaire: