samedi 11 mai 2013

Bangladesh : seize jours après l'effondrement d'un immeuble, le bilan dépasse les 1 000 morts

Des secouristes extraient les corps des décombres, le 9 mai 2013 à Savar, dans la banlieue de Dacca (Bangladesh).
Des secouristes extraient les corps des décombres, le 9 mai 2013 à Savar, dans la banlieue de Dacca (Bangladesh). (STR / AFP)
Le bilan humain s'aggrave toujours davantage. "Le nombre de morts s'élève maintenant à 1 006", selon un porte-parole de l'armée, seize jours après l'effondrement d'un immeuble abritant des ateliers de confection, près de Dacca, au Bangladesh.
Sur la seule journée de jeudi 9 mai, les secouristes, équipés de "grues, bulldozers et excavatrices", ont retiré 130 corps des décombres, a ajouté le porte-parole. Certains cadavres, en état de décomposition avancée, ont pu être identifiés grâce au téléphone portable retrouvé dans leur poche ou leur carte d'identité d'ouvrier portée autour du cou."La plupart des morts sont des femmes, ouvrières dans les ateliers textiles" qui se trouvaient dans le Rana Plaza, le bâtiment effondré, a-t-il précisé.

Près de 2 500 survivants

Jusqu'à présent, "au moins 150 corps ont été enterrés dans des tombes anonymes, dans un cimetière public, car ils n'ont pas pu être identifiés", a détaillé le porte-parole. Les autorités prélèvent des échantillons d'ADN sur les corps, en prévision des demandes de compensation.
L'effondrement de cet immeuble, le 24 avril, apparaît comme le pire accident industriel au Bangladesh. Au moins 2 437 personnes ont été retirées vivantes des décombres, mais un millier ont subi des blessures graves, dont des amputations de membres, effectuées pour les libérer des plaques de ciment et de béton.
 

Aucun commentaire: