vendredi 19 avril 2013

Rythmes scolaires : vers des journées de classe réduites à 5h30

Des élèves dans la cour d'une école primaire parisienne, le 4 septembre 2012. 
Des élèves dans la cour d'une école primaire parisienne, le 4 septembre 2012.

Les élèves de primaire auront toujours 24 heures de cours par semaine à la rentrée prochaine, mais réparties différemment. Les détails du projet de décret sur les rythmes scolaires, lequel doit être examiné mardi au Conseil supérieur de l'éducation, ont été révélés dans la presse jeudi 3 janvier.
Francetv info revient sur les différents points évoqués dans ce texte. 

Une demi-journée de classe en plus 

Cette réforme résulte du constat que les écoliers français ont une année scolaire à la fois trop courte et trop chargée, au détriment des apprentissages. L'ajout d'une demi-journée hebdomadaire permettra de passer à 180 jours de classe par an contre 144 actuellement. 
Le retour à la semaine de 4,5 jours passera par des journées de 5h30 maximum (au lieu de 6h aujourd'hui), des demi-journées de 3h30 maximum et des pauses de 1h30 minimum à la mi-journée. Le choix du mercredi matin pourra faire l'objet d'une dérogation, pour être remplacé par le samedi matin.

L'aide personnalisée remplacée

Le texte supprime l'aide personnalisée créée en 2009, destinée aux élèves en difficulté, et met en place des "activités pédagogiques complémentaires" en "groupes restreints".
Ces dernières seront consacrées à l'"aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages" ainsi qu'à une "aide au travail personnel" ou à "une activité prévue par le projet d'école le cas échéant en lien avec le projet éducatif territorial".

Des activités périscolaires 

La réforme des rythmes prévoit également des activités périscolaires organisées par les collectivités locales, qui ne figurent pas dans le projet de décret. Le Monde.fr (article pour abonnés) rappelle que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait informé les communes en décembre qu'une aide de 50 euros par élève leur serait accordée, pouvant aller jusqu'à 90 euros pour les "communes urbaines ou rurales les plus en difficulté", afin de mettre en place ces activités.

Une application à la rentrée 2013, avec possibilité de dérogation

La réforme entrera en vigueur à la rentrée 2013 dans les écoles maternelles et élémentaires, mais le texte laisse la possibilité d'un report à la rentrée 2014 pour les communes qui demanderaient une dérogation avant le 1er mars 2013.
Le projet de décret doit être examiné le 8 janvier par le Conseil supérieur de l'éducation. Le directeur académique des services de l'Education nationale devra se prononcer sur les propositions d'organisation de la journée et de la semaine scolaire, issues soit du conseil d'école, soit du maire, soit du président de l'établissement public de coopération intercommunale, qui doivent obtenir auparavant l'avis de l'inspecteur de l'Education national

Aucun commentaire: