mardi 23 avril 2013

Perversion homophobe de la démocratie by eric fassin


Face à la préfecture de Vendée, une Marianne alitée joue "l'agonie de la démocratie". Car les opposants au mariage pour tous se veulent la voix du peuple ; contre les élus, ils prétendent incarner le "pays réel". Les prières de rue seraient donc l'emblème de leur République – à condition, bien sûr, d'être chrétiennes. Et dans cet esprit démocratique, Christine Boutin menace de "guerre civile", tandis que Frigide Barjot tonne : "Hollande veut du sang, il en aura."

Et du sang, il y en a – depuis les débordements dans les manifestations jusqu'aux passages à tabac homophobes, sans parler des saccages de lieux associatifs, des menaces de mort contre des élus ou, bien sûr, des insultes quotidiennes. En 2004, le mariage de Bègles avait pour point de départ l'agression contre Sébastien Nouchet : comment lutter contre l'homophobie sans remettre en cause l'inégalité devant la loi ? Aujourd'hui, à l'inverse, c'est l'égalité des droits qui suscite en réaction la violence homophobe.

Néanmoins, lorsque Henri Guaino s'inquiète (avec les chefs de l'UMP) d'un "danger pour la démocratie", c'est en jugeant que "le gouvernement prend le risque d'une opposition de plus en plus violente en attisant des tensions extrêmes". Monseigneur Vingt-Trois rejette aussi la faute sur nos dirigeants : "La compression de la frustration débouche un jour ou l'autre sur la violence." Certes, ces responsables ne sont pas irresponsables au point d'applaudir les violences ; toutefois, ils les comprennent.



http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/04/22/perversion-homophobe-de-la-democratie_3164401_3232.html

Aucun commentaire: