lundi 8 avril 2013

Mélenchon "joue dans la même cour" que Le Pen, selon Michel Sapin


Trois jours après les aveux de Jérôme CahuzacJean-Luc Mélenchon avait appelé, vendredi, à "purifier l'atmosphère politique absolument insupportable" et àdonner "un grand coup de balai". Une sortie qui lui a valu, dimanche 7 avril, de s'attirer les foudres du PS comme de l'UMP.


Le ministre du travail, Michel Sapin, a mis en garde le leader du Front de gaucheestimant qu'"aujourd'hui il joue dans la même cour ou la même arrière-cour" que leFront national et emploie "les mêmes mots". Michel Sapin s'est dit "frappé" par les propos du leader du Front de gauche évoquant un "coup de balai", une"purification""Ce sont des termes qui ont été utilisés par d'autres et les mots ont un sens, ils ont un poids", a estimé le ministre invité de "Tous Politiques", émission de France-Inter/Le Monde/AFP. "Je ne ferai jamais d'amalgame, mais les mots utilisés sont les mêmes", a-t-il déploré.
Cette "course de vitesse avec l'extrême droite", revendiquée par Jean-Luc Mélenchon dans les colonnes de Sud-Ouest il y a quelques jours, est parfaitement assumée avec pour objectif de ne pas laisser le terrain de la contestation à Marine Le Pen"Si on ne fait rien, les électeurs iront chercher ailleurs ou s'abstiendront", note Martine Billard, coprésidente du PG.

 COPÉ : MÉLENCHON "FILE UN MAUVAIS COTON"
Jean-François Copé, président de l'UMP, a lui aussi affirmé dimanche sur BFMTV que Jean-Luc Mélenchon commençait "à filer un très mauvais coton" et que son alliance avec François Hollande commençait à "devenir un problème politique majeur". Le co-président du Parti de Gauche est "l'allié électoral de François Hollande. M. Mélenchon a parlé aujourd'hui de 'purification', après avoir tenu, il y a dix jours, sur M. (Pierre) Moscovici (ministre de l'Economie) des propos inqualifiables", a affirmé M. Copé.
"J'observe que M. Hollande n'a pas toujours pas réagi (à) tout cela et n'a toujours pas dit s'il comptait continuer à faire une alliance avec le Front de gauche et l'extrême gauche. Ca commence à devenir un problème politique majeur. Là-dessus aussi, il (M. Hollande) lui faudra s'expliquer devant les Français", a-t-il ajouté, en lançant un avertissement "aux uns comme aux autres: attention aux extrémistes. Sur ces sujets, (il ne faut) jamais céder à la démagogie", a dit M. Copé


Aucun commentaire: