lundi 29 avril 2013

Mélenchon accuse le gouvernement de "faire du Merkel en France"


Le coprésident du Parti de gauche a prôné, dimanche sur France 3, "un rapport de force tranquille" avec Berlin après les critiques du PS.




Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, a réagi dimanche 28 avril à la fronde du Parti socialiste face à la politique allemande"Ils aboient sur Mme Merkel de manière à ce qu'on ne regarde pas trop ce qu'ils sont en train de faire, c'est-à-dire du Merkel en France", a-t-il déclaré sur France 3 dans l'émission 12/13 Dimanche. "Il ne faudrait pas qu'ils inventent un molletisme européen", a-t-il ajouté.
Qu'entend-il par "molletisme" ? Le socialiste Guy Mollet, ancien président du conseil sous la IVe République (1956-1957) et secrétaire général de la SFIO de 1946 à 1969, était accusé par ses détracteurs de tenir un discours à gauche tout en menant une politique plutôt à droite, en particulier sur l'Algérie.

Instaurer un "rapport de force tranquille"

Selon Jean-Luc Mélenchon, il ne s'agit pas d'aller au "clash" avec Berlin mais d'instaurer "un rapport de force tranquille""Il y a 27 pays dans l'Union européenne, nous sommes la deuxième économie du continent" et "nous sommes au cœur de l'économie de l'Europe du sud et de la façade maghrébine", a-t-il fait valoir. Par conséquent, "je pense qu'il y a moyen de faire comprendre aux Allemands que c'est bon, cette fois ci, ça va, il faut changer de pied".
Mais le leader du Front de gauche estime qu'il faut être "très prudent" car "quand une situation se tend, les blessures se rouvrent sur les vieilles cicatrices. C'est la leçon de l'histoire".

Aucun commentaire: