mardi 5 mars 2013

Au bord de la faillite, Chypre accepte un audit sur le blanchiment d'argent

Le ministre chypriote des finances, Michalis Sarris, et son homologue grec, Yannis Stournaras, le 4 mars lors d'une réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles.
Chypre a accepté de se soumettre à un audit sur le blanchiment d'argent, mené par un cabinet indépendant, comme le voulait la zone euro avant d'envisager un programme d'aide financière pour l'île au bord de la faillite, a annoncé l'Eurogroupe lundi 4 mars.
"Le nouveau gouvernement chypriote a accepté de subir une évaluation indépendante sur la lutte contre le blanchiment d'argent au sein des institutions financières chypriotes", ont indiqué les ministres des finances de la zone euro dans un communiqué. "C'est un pas en avant important", a commenté Olli Rehn, le commissaire européen en charge des affaires économiques lors d'une conférence de presse concluant la réunion de l'Eurogroupe.

Fort de cette avancée, la zone euro "demande aux institutions internationales et à Nicosie d'accélérer les travaux pour bâtir un plan d'aide et aboutir à un accordpolitique dans la seconde quinzaine de mars".

La zone euro et l'Allemagne en particulier attendaient que Nicosie s'engage sans détours à lutter contre le blanchiment d'argent. Mi-février, les dirigeants européens avaient demandé à Nicosie de clarifier sa position et avaient affirmé que l'engagement du pays sur ce dossier était une "condition sine qua non" au versement d'une aide financière.
Les ministres des finances de la zone euro ont promis de se retrouver très prochaine

Aucun commentaire: