dimanche 24 février 2013

"Si ce n'est pas marqué 'made in France' je n'achète pas"



Si ce n'est pas marqué 'made in France', je n'achète pas." Dans les allées du Salon de l'agriculture, les visiteurs sont unanimes : ils veulent mettre dans leurs assiettes des produits de qualité et s'assurer de la traçabilité de leurs aliments. Le scandale de la viande de cheval, retrouvée à la place du bœuf dans des plats cuisinés, s'est invité à l'ouverture de cette 50e édition, samedi 23 février.
"Les gens qui ont eu l'habitude d'acheter des plats préparés aujourd'hui nous disent : 'stop, on n'achète plus'. Mais ils n'ont pas d'inquiétude sur la qualité de la viande", assure un éleveur. "Je fais confiance à mon boucher, ça fait plus de quinze ans que je m'y sers", renchérit une visiteuse dans les allées du parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. En revanche, elle se méfie de la grande distribution et de l'industrie agroalimentaire : "Ce qui s'est passé, je pense que ça faisait un moment que ça devait durer." 
"A chaque fois qu'il y a un incident industriel, le consommateur se rapproche de l'artisanal", souligne un artisan boucher. "Quand on a eu la crise de la vache folle, ça a rassuré les clients de venir dans nos magasins." François Hollande qui visitait lui aussi "la plus grande ferme de France" s'est d'ailleurs employé à rassurer les consommateurs échaudés en exigeant l'"étiquetage obligatoire" de l'origine des viandes sur les plats cuisinés.

Aucun commentaire: