vendredi 1 février 2013

David Beckham a signé au PSG, et alors ? pour faire oublier le scandale de la fifa

Le footballeur David Beckham à la conférence de presse donnée pour son arrivée au PSG, le 31 janvier 2013.
Le footballeur David Beckham à la conférence de presse donnée pour son arrivée au PSG, le 31 janvier 2013.
(MARTIN BUREAU / AFP)


Cette fois, c'est fait. Le joueur anglais David Beckham va poser ses valises pendant cinq mois en France pour intégrer l'effectif du Paris Saint-Germain. La nouvelle a été officiellement annoncée lors d'une conférence de presse en présence du président du club, Nasser Al-Khelaïfi, et de son directeur sportif, Leonardo, jeudi 31 janvier. 
L'arrivée à Paris du très médiatique champion, qui a connu ses heures de gloire à Manchester United et au Real Madrid, a mis la capitale en émoi. Et pourtant, à y regarder de près, il n'y a pas là de quoi sauter au plafond… Francetv info vous explique pourquoi.

Parce qu'il arrive, mais ne reste que cinq mois

"Venir jouer à Paris est un projet très excitant, dont nous parlons depuis très longtemps et je suis ravi", a déclaré le plus télégénique des footballeurs devant un buisson de micros tendus à bout de bras.
Nul ne pourra lui reprocher de mentir sur le "très longtemps" : l'arrivée de David Beckham au PSG, voilà plus d'un an qu'on en parle. A l'époque, le projet, si excitant soit-il, avait fini en eau de boudin.
Après tous ces rebondissements, cinq petits mois et puis s'en va, avouons que c'est un peu décevant.

Parce que sportivement, ce n'est plus ça

La venue de David Beckham est, certes, un gros coup marketing pour le PSG, qui conforte au passage son image de pouponnière (ou maison de retraite, c'est selon) pour champions surdoués et surpayés, biberonnés depuis 2011 à l'or noir venu du Qatar.
Sur le plan sportif, c'est autre chose. A 37 ans, le footballeur est un dinosaure dans son milieu. S'il a semble-t-il passé sans encombres la visite médicale à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, il risque fort de tirer la langue derrière Zlatan Ibrahimovic, qui à 31 ans enchaîne les exploits. "J'ai toujours pensé, même quand il était jeune et que je jouais contre lui avec l'Angleterre contre la Suède, qu'il pouvait être un des meilleurs joueurs du monde", a d'ailleurs déclaré son aîné, se disant "très excité" de jouer avec Ibrahimovic.
David Beckham, lui, est sans club depuis son départ du Los Angeles Galaxy, fin 2012. Il avait annoncé fin novembre vouloir se lancer un "dernier défi" de joueur avant de prendre sa retraite. Soit.

Parce que Victoria reste à Londres

Quelques secondes après le début de la conférence de presse, la nouvelle est tombée comme un couperet. "Ma famille va rester à Londres car mes enfants vont à l'école là-bas."
David et Victoria Beckham et leurs trois fils, Brooklyn, Romeo et Cruz le 11 décembre 2012  à Londres (Royaume-Uni).
David et Victoria Beckham et leurs trois fils, Brooklyn, Romeo et Cruz le 11 décembre 2012  à Londres (Royaume-Uni).
(DAVID FISHER / REX / SIPA)
Adieu, photos volées de Victoria Beckham écumant les boutiques du Faubourg Saint-Honoré, exhibant sa petite dernière comme on porte un it bag (démonstration surGrazia.co.uk). "Posh" reste dans le brouillard londonien, nous snobant allègrement du haut de ses stilettos.
D'un coup, la nouvelle a perdu la moitié de son audience : la presse people.

Parce qu'il n'y a même pas de scandale financier 

L'embauche de Beckham annoncée, on se gargarisait déjà du salaire – forcément mirobolant – accordé au champion sur le déclin.
Le club a déjà dépensé  plus de 100 millions d'euros sur le marché des transferts à l'été 2012 pour s'offrir Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva, puis Lucas en janvier. David Beckham, de son côté, aurait gagné près de 250 millions de dollars (184 millions d'euros) en seulement cinq ans passés au Los Angeles Galaxy, selon Forbes (lien en anglais).
Las ! Beau prince, Beckham a précisé que ses salaires gagnés au PSG seraient reversés à "une association caritative" qui s'occupe d'enfants. Même pas de scandale…

Aucun commentaire: